TRANSMISSION 

           Texte fondateur des Assises de la Sagesse

Dans des temps si troublés, jamais l’homme n’a eu tant besoin de l’héritage universel de la Sagesse (s).

 

Sagesse que nous écrivons au singulier de par sa source unique/universelle et que nous incluons dans un pluriel de par les nombreux visages et paroles qui l’ont révélée depuis l’aube de l’humanité jusqu’à nos jours.

 

Face à l’incertitude et à la désorientation, aux ruptures sans cesse répétées d’avec les principes d’harmonie, de cohérence et d’Unité, devant la course effrénée d’une mondialisation titanesque précipitant toujours plus de désordres mortifères, la Sagesse Est.

 

Elle Est en tant que source de réflexion, de compréhension et d’union au Vivant : philosophie, métaphysique mais aussi en tant qu’expériences vécues durant l’apprentissage de savoir-faire et de savoir-être reliant méditation et action.

 

Offrant des perspectives auxquelles les plus grands sages de l’humanité ont puisé, de Lao Tseu à Bouddha, de Shankara à Platon, d’Ibn Arabî à Saint Thomas d’Aquin, la Sagesse éclaire les zones d’ombres qui menacent aujourd’hui l’équilibre de nos vies. C’est encore Elle qui transforme notre égoïsme en don de soi dans l’intérêt du bien commun.

 

Recours, la Sagesse est un refuge quand les inconséquences humaines transforment la quiétude en tempête, la fraternité en adversité, la stabilité en péril.

C’est Elle, encore, qui éveille notre conscience au lien réunissant l’Un et le multiple donnant sens à l’aventure humaine et aux métamorphoses de la vie. Elle nous  invite à une nouvelle coopération entre les peuples ainsi qu’avec la nature, nous poussant à reprendre l’initiative d’une véritable rencontre spirituelle.

 

La Sagesse interroge le Réel dans toutes ses dimensions, discriminant entre illusion et vérité. Elle redonne à chacun sa place légitime en inscrivant au centre de nos vies l’Essentiel.  Elle fait de nos interrogations un chemin, de nos réponses une expérience personnelle. Ainsi une nouvelle lecture du Vivant s’offre à nous, ouvrant au silence dans lequel ce qui est fondamental pour l’homme peut enfin se relever.

 

Ce dialogue toujours renouvelé est celui de la Connaissance, de la Lumière et de l’Amour, sagesse immémoriale qui comble à jamais le cœur de l’homme.

 

Une humanité lucide et fraternelle naîtra de cet éveil : éduquer en réconciliant, vivre ensemble pour partager, diriger sans contraindre vers un équilibre retrouvé. Réaliser la Conscience de l’Un qui, de l’Orient à l’Occident, nous guide par les voix/voies des Prophètes et des Sages.

 

«Seule j’ai fait le tour du cercle des cieux, j’ai parcouru la profondeur des abîmes. Dans les flots de la mer, sur toute la terre, chez tous les peuples et toutes les nations j’ai régné. En moi est toute la grâce de la voie et de la vérité. En moi est toute l’espérance de la vie et de la vertu. Venez à moi, vous qui me désirez et rassasiez-vous car mon héritage est plus doux qu’un rayon de miel».

Le livre de l’Ecclésiastique (24 ; 5-6, 19-30) traduction revue par Robert Tamisier 1949.

Anne Moradpour, Philippe Yacine Demaison

co-fondateurs des Assises de la Sagesse

assisesdelasagesse@gmail.com

www.assisesdelasagesse.org

Texte fondateur des Assises de la Sagesse