LA TRADITION PRIMORDIALE

    Les formes traditionnelles de notre présent Manvantara[1] conservent très concrètement, même si c’est parfois de manière extrêmement indirecte, un lien avec la Tradition Primordiale, que l’on qualifie par ailleurs d’hyperboréenne à cause de son origine « polaire » qui, de par son caractère premier est la tradition fondamentale, président à la source de diffusion de la Connaissance sacrée au sein de notre cycle actuel. Cette Tradition nommée, pour les raisons que nous venons d’exposer, « primordiale », la plus ancienne tradition de l’humanité, est la tradition primitive commune à l’ensemble des traditions authentiques et « orthodoxes », dont les traces et signes apparaissent très lisiblement dans les symboles, rites et mythes de la Tradition universelle. On peut donc dire que cette Tradition primordiale a véritablement fécondé, nourri substantiellement l’ensemble des traditions actuelles, ces dernières en dérivant à un degré plus ou moins important.

    La nature « polaire » de la Tradition primordiale lui confère par ailleurs un caractère central, c’est-à-dire non réductible aux catégories classiques utilisées pour situer la zone géographique d’origine d’une forme spirituelle ou religieuse particulière, catégories qui se divisent comme nous le savons pour notre ère actuelle en deux domaines distinct : l’Orient et l’Occident. La Tradition primordiale s’exprime ainsi aujourd’hui par l’intermédiaire du symbolisme, véritable langage universel dépassant les différences de langages ou de religions, à cause justement de cette appartenance commune à une identique mémoire antérieure.  René Guénon s'est penché tout au long de son œuvre, avec une rare et vigilante attention, sur la permanence de ces signes qui témoignent de la Tradition primordiale, afin d'essayer de dégager une compréhension approfondie de la signification de la présence de ces formes au sein des diverses civilisations, et de faire apparaitre leur sens exact au regard du savoir essentiel.

    Etre en mesure de reconnaitre les signes qui manifestent leur rattachement à la Tradition oubliée, être capable de lire et d'en comprendre leur sens, telle est finalement la tâche et l'objectif de l'entreprise herméneutique qui présida à l'immense travail effectué par Guénon dans le domaine du symbolisme.

LE DICTIONNAIRE DE RENE GUENON de Jean Marc VIVENZA

 

[1] Manvanara est une ère, une période à l’intérieur de la temporalité cosmique. Il se décompose en quatre Yugas, que l’on désigne comme étant les quatre âges successifs qui composent un cycle dans la tradition hindoue.