top of page

Les Sept Dormants
et le mystère de la Caverne


Eveil à soi - Eveil à Dieu

 

Une rencontre des Chemins du Vivant

avec Philippe Yacine Demaison

 

 

 

Éphèse lieu du Grand Féminin (aspect féminin de la divinité), là où se rejoignent, par delà le temps et l’espace, la Déesse mère néolithique, l'Artémis/Isis (greco-égyptienne) et Marie-Théotokos (sémite et indoeuropéenne). Elle représente la Terre à la fois, vierge et féconde : énergie radiante et source de toutes vies.

 

Le récit des Sept Dormants dans la tradition chrétienne comme dans la sourate 18 du Coran est une métaphore du passage.

 

Qu’il soit individuel ou collectif, le passage appelle à la transformation. Celle-ci s’opère dans la caverne/creuset : double signe de l’enfermement et de la résurrection, symbole universel de la révélation/métanoïa. Métaphore des lieux intérieurs et extérieurs de l’absence/présence à découvrir afin de revivre dans et par la Lumière.
 

De multiples lieux de cultes du monde méditerranéen et parfois plus lointain ont gardé la mémoire d’une relation unissant le corps et l’Esprit dans une résurrection/ métamorphose, acte d'ouverture et de délivrance.

 

Un récit choral qui parle pour aujourd’hui : un temps-passage entre la fin d’un cycle incarné par une civilisation mondialisée, angoissée et toxique ("L'image de la bête parlera". Apocalypse de Jean 13:15) et la résurrection d'une humanité nouvelle réconciliée avec le Vivant.

 

 

 

bottom of page